L’euthanasie : qu’en pense l’Eglise ?

Ecrit par le 8 mars 2021

C’est une question qui est récurrente : pourquoi l’Église s’oppose-t-elle à la légalisation de l’euthanasie ?
Elle n’est pas la seule solution face à la souffrance, comment faire autrement ? et si nous avions le choix ?

Qu’est ce que l’euthanasie ?

Avant de répondre à la question, il convient  de savoir ce qu’est l’euthanasie. Selon la définition du Larousse 2014 l’euthanasie est « l’acte d’un médecin qui provoque la mort d’un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie. » Il ne s’agit pas d’un acte anodin : provoquer la mort… Dès lors, il est légitime de se poser la question : de quel droit pouvons-nous provoquer la mort, même si c’est dans une bonne intention ? Une bonne intention ne justifiera jamais un acte mauvais : voler une pomme pour se nourrir parce qu’on n’a pas les moyens d’en  acheter une, même s’il peut exister des circonstances atténuantes, reste un vol. On ne peut pas trahir la vérité.

L’euthanasie, seul moyen pour abréger les souffrances ?

La réponse est non. Il existe, même si on n’en parle pas suffisamment, les « soins palliatifs ». De plus en plus  on arrive à traiter la douleur pour permettre à la personne d’aller jusqu’au bout paisiblement : ce peut être par l’usage de morphine, de façon raisonnée. Ce qu’il  faut savoir c’est qu’il existe, en France, des unités de soins palliatifs qui font un travail remarquable tant sur le plan médical qu’humain.

Je peux en témoigner personnellement ayant accompagné, il y a peu de temps, papa en fin de vie. Il a été soigné dans une unité de soins palliatifs, de façon exemplaire avec dignité et un infini respect. J’étais à ses côtés dans ses derniers instants. Je lui ai tenu la main et prié auprès de lui. Il est mort paisiblement. Quand les personnes sont écoutées et accompagnées, elles ne demandent pas la mort.

Que dit l’Église face à l’euthanasie ?

« Ceux dont la vie est diminuée ou affaiblie réclament un respect spécial. Les personnes malades ou handicapées doivent être soutenues pour mener une vie aussi normale que possible.

Quels qu’en soient les motifs ou les moyens, l’euthanasie directe consiste à mettre fin à la vie de personnes handicapées, malades ou mourantes. Elle est moralement irrecevable »

Les choses sont claires : nous  ne sommes pas propriétaires de la vie. C’est un bien qui nous est confié et que nous devons faire fructifier en étant, à notre tour, source de vie et non de mort. Il ne s’agit pas de condamner les personnes (sans pour autant les dédouaner de toute responsabilité), mais l’acte. De même, nous n’avons pas à pas à juger les personnes qui ont demandé à être euthanasiées mais nous ouvrir à leur détresse.

Encore une fois, il est essentiel d’accompagner toute personne en fin de vie. Je reconnais que c’est très éprouvant, mais ce sont des moments uniques, privilégiés qui peuvent devenir des moments de communion et de conversion exceptionnels. Dieu seul connaît les cœurs.

D’autres sujets pouvant vous intéresser :

Et si on en parlait ensemble ? (Chat' anonyme et gratuit)



Commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs marqués d’un * sont requis.




A découvrir aussi


Search
Please visit Appearance->Widgets to add your widgets here