Voici une des raisons pour lesquelles la Sagesse Biblique peut rester vide de sens pour certains

Written by on 21 janvier 2019

La sagesse biblique mal comprise?

Je commence par une histoire avant de faire le lien avec la sagesse biblique. C’est le témoignage d’un missionnaire. Il s’agit du Père Léon Marcel…

L’histoire du Père Marcel

A l’occasion des diverses fêtes de notre village de brousse et de ses environs, des membres de la communauté avaient enregistrés au magnétophone divers tam-tam et diverses danses avec tam-tam. J’avais emporté, en Europe, comme un trésor, ce montage sur cassette. Je croyais astucieux de le passer « pour créer un climat africain ». Avant de passer des diapositives, j’avais laissé tourner un moment la cassette du Tam-tam. Au bout d’un instant, première réflexion: « C’est toujours pareil, c’est un peu banal. » Et pourtant, nous étions passés du tam-tam de la salutation d’un chef, au tam-tam de la danse des chasseurs. Puis c’était le tam-tam du mariage.

Voyant que cette musique était source d’ennui et d’impatience, malgré l’agrément des petites flûtes qui s’ajoutaient au tam-tam, j’ai commencé la projection des diapos, sans plus.

Mais à la fin de notre réunion amicale, j’ai entendu une réflexion. Elle disait: « cette musique est étonnamment vide et bruyante à la fois. ll est difficile de comprendre l’envoûtement qu’elle produit, autrement que par la puissance et la force du rythme. »C’était bien dit et bien pensé par un homme cultivé et ayant voyagé, même en Afrique. Il avait parfaitement entendu, mais n’avait rien compris.

Le retour en Afrique

Et quelques semaines plus tard, je suis rentré en Afrique. Un soir de fête, avec nos filles africaines (une vingtaine de 18 à 25 ans), nous avons eu l’idée de terminer le repas du soir par la fameuse cassette des tam-tam « toujours pareil et un peu banal ». Immédiatement, les chaises et les tables ont été poussées contre les murs de la grande salle à manger. Tout le monde s’est trouvé entrain de danser en frappant les mains. D’autres ont rapidement pris des instruments de musique locaux, qu’on a