Vous, de toute éternité.

A Noël, l’éternité entre dans le temporel !

Noël, comme l’écrivait Charles Péguy, c’est Dieu qui s’introduit dans le temporel :

« Et l’éternité même est dans le temporel
Et l’arbre de la grâce est raciné profond
Et plonge dans le sol et touche jusqu’au fond
Et le temps est lui-même un temps intemporel.

Et l’arbre de la grâce et l’arbre de nature
Ont lié leurs deux troncs de nœuds si solennels,
Ils ont tant confondu leurs destins fraternels
Que c’est la même essence et la même stature.

Et c’est le même sang qui court dans les deux veines,
Et c’est la même sève et les mêmes vaisseaux,
Et c’est le même honneur qui court dans les deux peines,
Et c’est le même sort scellé des même sceaux. »

(Ed. Gallimard, coll. La Pléiade, Œuvres poétiques complètes, p. 1041)

Aller à la barre d’outils